1884, inauguration de l’Orient-express.

Où l’on associe la puissance des machines à vapeur au luxe délicat des croisières en Méditerranée.

En 1872, un jeune industriel belge, Georges Nagelmackers, séduit par le concept des trains transcontinentaux américains de la société Pullman, voulant associer à la puissance de la vapeur le luxe des croisières touristiques qui commencent à se développer en Méditerranée, fonde la Compagnie des Wagons-lits et des Grands Express Européens.

« Vous avez pu voir dans les journaux que notre compagnie organise entre Paris et Vienne un train d’essai dit Train Eclair de luxe. Si le cœur vous en disait, et si vous ne redoutiez pas un voyage à toute vapeur de deux mille kilomètres, nous serions heureux de vous voir vous joindre à nous. »

À force de persévérance, dix ans plus tard, il peut lancer un Train Eclair Paris-Vienne qui devient un réel succès ; il propose deux ou trois wagons-lits en fonction du nombre de voyageurs, soit quarante à soixante couchettes, avec cabinets de toilettes, un wagon restaurant proposant fumoir et salon réservé aux dames, le tout conçu par des architectes ferroviaires qui ont privilégié les larges ouvertures, les matières les plus précieuses ainsi que le chauffage et l’éclairage au gaz. Grâce à la neutralité belge, les formalités douanières sont réglées à l’avance : les douaniers montent à bord pour les compléter, les bouteilles d’alcools sont débouchées puis consignées en fonction des pays traversés ... Ainsi le train ne s’arrête t-il que pour compléter sa réserve de charbon.

Le 4 octobre 1883, une première liaison Paris-Istanbul est organisée : 3094 km, en 80 heures, trente de moins que précédemment. En vérité, il faudra attendre 1889 pour que la liaison soit continue : jusqu’à cette date, l’Orient-express atteint Varna en Bulgarie, le reste du trajet s’effectue en bateau. Les quarante premiers invités, personnalités politiques, grands industriels, journalistes, écrivains après avoir traversé la Bavière de Louis II, l’Autriche-Hongrie de François-Joseph, la Serbie d’Alexandre Ier, la Bulgarie de Ferdinand, la Roumanie de Carol Ier puis la Turquie d’Abdul-Hamid, reviennent enchantés de leur voyage ...

Rapidement pourtant, l’Orient-express n’accueille plus que la haute société : acteurs, ambassadeurs, têtes couronnées tel l’empereur d’Allemagne, l’impératrice Victoria, Ferdinand de Bulgarie qui joue au cheminot, la reine de Roumanie qui y lit ses poèmes. Le prince Bibesco de Roumanie, grand propriétaire terrien, déclare négligemment que « l’Orient-express met quatre heures à me traverser ... »

Les anecdotes amusantes ne manquent pas. En 1901, la locomotive emballée finit sa course à l’intérieur du buffet de la gare de Francfort. En 1929, dans les Balkans, le convoi est bloqué par une congère, bientôt recouvert de neige. La température tombe à -25°C, -10°C à l’intérieur des voitures. Un Maharadja achète aux autres voyageurs à prix d’or les manteaux dont ils veulent bien se défaire pour couvrir ses sept femmes. Au bout de trois jours, on décide de creuser un tunnel pour rejoindre le plus proche village turc. On n’en tire qu’un poulet et un mouton, attaqué par un loup au retour. Au bout de quinze, un chasse neige arrive enfin et le voyage se termine à 5 km/h. « Hourra pour la Turquie ! » crient les passagers en descendant ...

Pour en savoir plus sur l’épopée de l’Orient-express, reportez vous au récit de voyage d’Edmond About. Les Grands Trains de Clive Lamming, (Paris, Larousse, 2001) apporte également de précieuses informations, illustrations et anecdotes sur le sujet.

Un article d’A. Laplaiche dans la revue La Nature a été également consacré à l’Orient-express en 1884.

< Article précédent Article suivant >
.
1884
Lancer la recherche
Le Blog-Notes.
Aucune note du blog n'est liée à cet article.
Dernière note publiée :
Erebus ou Terror enfin retrouvé ?
par Caracalla

Le gouvernement canadien l’a annoncé : l’un des navires de l’expédition Franklin aurait été retrouvé.

Lire la suite.

La blogosphère :
Bruno Faidutti’s Blog
(10/08/2017)
« Nutz! – Les pirates et les écureuils Nutz! – Pirates and Squirrels »

Du bruit derrière le paravent
(14/07/2017)
« Mage : la Récursion »

ReS Futurae — Recherches sur la SF
(13/07/2017)
« Appel à communications : No age, please, we’re post-human! Posthumain et culture de jeunesse (Nancy, LIS) »

Places to Go, People to Be
(30/06/2017)
« La maîtrise de jeu stratégique »

Mondes en chantier
(29/06/2017)
« Cyberpunk Reload, épisode ça-va-peut-être-aller-maintenant-hein »

Les pensées de Cuchu
(23/04/2017)
« Ode aux celtes »

Blog à part : troisième époque
(21/04/2017)
« Voter peste ou voter choléra? »

À contre-courants - LOVD
(20/07/2014)
« Druide, d'Olivier Peru »

Le Blog des MJs
(20/04/2014)
« Les accessoires c'est essentiel - article issu de la dernière mise à jour PTGPTB »