Moreau
Nom Moreau
Dates vers 1820 ? - vers 1890 ?
Pays Royaume Uni
Catégorie Savant (physiologiste)

Où l’on rencontre encore un homme qui veut s’arroger les prérogatives du Créateur — et la fin qui s’ensuit inexorablement : sa mort.

« L’homme aux cheveux blancs m’observait encore attentivement, mais maintenant, me sembla-t-il, avec une expression quelque peu perplexe. Quand mes yeux rencontrèrent les siens, il baissa la tête et regarda le chien qui était couché entre ses jambes. C’était un homme puissamment bâti, avec un très beau front et des traits plutôt épais, il avait sous les yeux ce bizarre affaissement de la peau qui vient souvent avec l’âge, et les coins tombant de sa grande bouche lui donnaient une expression de volonté combative. Il causait avec Montgomery, mais trop bas pour que je pusse entendre. »

H.G. Wells, L’île du Docteur Moreau.

Le docteur Moreau avait eu une certaine célébrité à Londres dans les années 1870, pour ses travaux sur les transfusions sanguines et les fermentations morbides. Son franc-parlé et son imagination débordante l’avaient déjà brouillé avec une bonne partie des physiologistes européens. Mais le scandale vint d’une malheureuse affaire lancée dans la presse : un jeune curieux s’était fait engager comme laborantin afin de percer les secrets du savant. La brochure infamante qu’il voulut publier due surtout sa notoriété à un triste accident (?) qui frappa le jeune homme. Un cousin patron de presse voulant le venger — ou augmenter ses tirages — lui donna la publicité nécessaire. Un malheureux chien écorché-vif et diversement mutilé s’étant échappé du laboratoire au même moment, le scandale fut énorme. Moreau accusé de torture et de barbarie, préféra s’exiler plutôt que d’abandonner ses pratiques.

Après avoir erré un certain temps, il s’installa avec un sbire étudiant en médecine, exilé lui aussi suite à une sombre affaire de mœurs, un certain Montgomery, dans une petite île des mers du Sud. Il poursuivi là ses expérimentations de vivisection et trouva la mort à cause de celles ci d’après ce qu’a rapporté un certain Edward Prendick. Cet homme, aujourd’hui rentré en Angleterre suite à deux naufrages, semble à moitié fou. Il semble être la dernière personne à avoir fréquenté Moreau et Montgommery. Installé maintenant loin de tous ses semblables, les bribes de récit qu’il a bien voulu laisser échapper, semblent peu croyables : Moreau aurait peuplé l’île de créatures mi-hommes mi-bêtes, à partir de croisements d’animaux de races différentes. Celles ci, plus ou moins douées de paroles et de morale, auraient obéi à une « Loi », mais retombées dans leur première bestialité, auraient finalement massacré leur créateur.

« – Oui. Ces créatures, que vous avez vues, sont des animaux taillés et façonnés en de nouvelles formes. À cela – à l’étude de la plasticité des formes vivantes – ma vie a été consacrée. J’ai étudié pendant des années, acquérant à mesure de nouvelles connaissances. Je vois que vous avez l’air horrifié, et cependant je ne vous dis rien de nouveau. Tout cela se trouve depuis fort longtemps à la surface de l’anatomie pratique, mais personne n’a eu la témérité d’y toucher. Ce n’est pas seulement la forme extérieure d’un animal que je puis changer. La physiologie, le rythme chimique de la créature, peuvent aussi subir une modification durable dont la vaccination et autres méthodes d’inoculation de matières vivantes ou mortes sont des exemples qui vous sont, à coup sûr, familiers. Une opération similaire est la transfusion du sang, et c’est avec cela, à vrai dire, que j’ai commencé. Ce sont là des cas fréquents. Moins ordinaires, mais probablement beaucoup plus hardies, étaient les opérations de ces praticiens du Moyen Age qui fabriquaient des nains, des culs-de-jatte, des estropiés et des monstres de foire ; des vestiges de cet art se retrouvent encore dans les manipulations préliminaires que subissent les saltimbanques et les acrobates. Victor Hugo en parle longuement dans L’Homme qui rit... Mais vous comprenez peut-être mieux ce que je veux dire. Vous commencez à voir que c’est une chose possible de transplanter le tissu d’une partie d’un animal à une autre, ou d’un animal à un autre animal, de modifier ses réactions chimiques et ses méthodes de croissance, de retoucher les articulations de ses membres, et en somme de le changer dans sa structure la plus intime. […]

– Mais, interrompis-je, ces choses, ces animaux parlent !

Il répondit qu’ils parlaient en effet et continua à démontrer que les possibilités de la vivisection ne s’arrêtent pas à une simple métamorphose physique. Un cochon peut recevoir une éducation. La structure mentale est moins déterminée encore que la structure corporelle. Dans la science de l’hypnotisme, qui grandit et se développe, nous trouvons la possibilité promise de remplacer de vieux instincts ataviques par des suggestions nouvelles, greffées sur des idées héréditaires et fixes ou prenant leur place. À vrai dire, beaucoup de ce que nous appelons l’éducation morale est une semblable modification artificielle et une perversion de l’instinct combatif ; la pugnacité se canalise en courageux sacrifice de soi et la sexualité supprimée en émotion religieuse. La grande différence entre l’homme et le singe est dans le larynx, dit-il, dans la capacité de former délicatement différents sons-symboles par lesquels la pensée peut se soutenir. »

H.G. Wells, L’île du Docteur Moreau, 1896.

Le Docteur Moreau est un des personnages du roman de H.G. Wells, L’île du Docteur Moreau, publié en 1896.

< Article précédent Article suivant >
.
1876
Lancer la recherche
Le Blog-Notes.
Aucune note du blog n'est liée à cet article.
Dernière note publiée :
Erebus ou Terror enfin retrouvé ?
par Caracalla

Le gouvernement canadien l’a annoncé : l’un des navires de l’expédition Franklin aurait été retrouvé.

Lire la suite.

La blogosphère :
Du bruit derrière le paravent
(23/10/2017)
« Les Légendes de Demain ! »

Bruno Faidutti’s Blog
(15/10/2017)
« Essen »

ReS Futurae — Recherches sur la SF
(07/10/2017)
« « Nous ne sommes pas des numéros ! » La réponse des écrivains russes aux idées d’Alexeï Gastev (Patrice et Viktoriya Lajoye) »

Places to Go, People to Be
(01/10/2017)
« Thème/Style/Genre : créer une bonne histoire pour les grandes occasions »

Mondes en chantier
(29/06/2017)
« Cyberpunk Reload, épisode ça-va-peut-être-aller-maintenant-hein »

Les pensées de Cuchu
(23/04/2017)
« Ode aux celtes »

Blog à part : troisième époque
(21/04/2017)
« Voter peste ou voter choléra? »

À contre-courants - LOVD
(20/07/2014)
« Druide, d'Olivier Peru »

Le Blog des MJs
(20/04/2014)
« Les accessoires c'est essentiel - article issu de la dernière mise à jour PTGPTB »