La machine de William Crookes

Où l’on rencontre encore une machine qui se prend pour un homme : et encore une fois, ce qu’elle retient du modèle, ce sont ses instincts meurtrier. Serait-ce un signe ?

Bien que le projet ait trotté dans la tête de William Crookes depuis la mise en accusation de Florence Corner en 1880, le savant anglais se met à la réalisation d’une machine capable de remplacer les spirites seulement en 1883. Il procède aux premiers essais en 1885 dans un discret laboratoire à l’étage d’un nouveau bâtiment installé dans le quartier populaire (mais peu fréquenté) de New Nichol. Les premiers essais sont des échecs, mais il persévère, modifie les réactifs et obtient enfin un résultat. Une astucieuse combinaison d’inventions nouvelles lui permet de matérialiser des images qu’il attribue d’abord à des ectoplasmes. Mais Crookes doit bien vite admettre que ce que la machine projette ne sont autres que les fantasmes et les terreurs ancestrales des créatures (hommes ou animales) qui s’y soumettent. Si le sujet ne sombre pas dans la folie après être passé sous les détecteurs, les visions deviennent une drogue pour celui qui les consulte. Mais en lui fournissant toujours de nouveaux sujets, à la violence contenue toujours plus grande, la machine se nourrit et présente une inquiétante lumière verte qui devient permanente ...
... et pendant ce temps un tueur surnommé Jack l’Eventreur sème la terreur dans Whitechapel ...

2 septembre 1885

En découvrant, dans mon tube sous vide, l’existence des rayons cathodiques, il y a huit ans, j’ai bien prouvé qu’il y avait un quatrième état de la matière, ni solide, ni liquide, ni gazeux. Je l’ai appelé l’état radiant, ce qui n’a pas manqué de susciter chez les jaloux les railleries habituelles. Aussi, depuis 1880, ai-je perfectionné mes appareils sans rien en confier à la communauté scientifique, qui ne mérite aucune confiance. J’ai commencé par mon propre tube, où j’ai remplacé la cathode froide par une cathode chaude. J’y ai placé, au fond, une fenêtre concave d’aluminium. Enfin, perfectionnant mes pompes, j’ai réussi à obtenir un vide de l’ordre d’un deux millionième. Mais c’est mon radiomètre, imaginé dès 72, qui m’a peut-être mis sur la voie de la vérité. Car si cet appareil peut capter et mesurer les ondes lumineuses, rien ne dit que, modifié dans le sens nécessaire, il ne capterait pas les ondes astrales émises par les médium. »

6 octobre 1885

J’ai placé le convecteur au-dessus du fauteuil, lui-même orienté vers l’anode du grand tube sous vide. Sur le lustre, la plaque, rectangulaire, a de faux airs de réflecteur, et je me suis arrangé pour aménager les véritables zones d’éclairage aux quatre coins de la suspension, que j’ai voulue ronde afin de mieux donner le change.

5 janvier 1886

Ce qu’il me faut maintenant, c’est un appareil susceptible non seulement de recevoir les influx, mais de traduire aussi ce qu’ils signifient. Bien entendu, j’ai aussitôt pensé aux disques de Nipkow, ce jeune prodige qui a mis au point la retransmission des images, il y a deux ans, à Hambourg. J’ai lu le compte rendu de ses travaux, et j’avoue que c’est tout à fait remarquable. Le principe en est le suivant : deux disques, plats et opaques, percés d’une série de trous en spirale, sont disposés face à face. L’objet de l’expérience es éclairé sous forme de lignes lumineuses superposées à travers le premier disque. La lumière étant transformée en courant électrique, le second disque, qui tourne en synchronisme exact avec le premier, reconstitue alors les lignes originales. Je vais appliquer le procédé dans le sens qui m’intéresse.

25 avril 1886

Il s’est produit, ce soir-là, un curieux incident. Alors que je quittais le laboratoire après avoir éteint le gaz, je me suis retourné, étreint par la sensation diffuse qu’une faible source lumineuse persistait derrière moi. J’ai vu, à l’anode du tube, une lueur verte, ténue, mais incontestables. J’en suis resté stupéfait. J’ai aussitôt vérifié les commutateurs. Mais non : tout avait bien été fermé. D’où provenait donc l’énergie de cette mystérieuse luminescence ? Rien, de ce que je savais de la physique, et j’en savais beaucoup, ne me paraissait susceptible de l’expliquer.

25 juin 1886

Je suis remonté au laboratoire. Il me fallait maintenant l’aménager. J’ai commencé par recouvrir de sa housse le tube sous vide, où brillait toujours la lueur verte. J’ai posé, à cheval par-dessus, une légère table de travail que j’avais débarrassée de ses papiers. Après quoi, j’ai débranché et rangé mon psychomètre. Je n’en ai plus besoin, il a fait son office, qui était de prouver que le cerveau émet bien des influx nerveux. Et son aspect est assez étrange pour rebuter les courages mal affirmés. J’ai aussi masqué tous les autres appareils qui pouvaient contribuer à inquiéter l’imagination. Mon laboratoire ressemble maintenant à un lieu de recherches, mais sans aucun de ces attributs dont le profane se donne une image démoniaque. Demain ...

La machine de William Crookes est au centre de l’intrigue du roman de René Reouven, Les grandes profondeurs. Les citations de cet article en sont tirées.

< Article précédent Article suivant >
.
1883
Lancer la recherche
Le Blog-Notes.
Aucune note du blog n'est liée à cet article.
Dernière note publiée :
Erebus ou Terror enfin retrouvé ?
par Caracalla

Le gouvernement canadien l’a annoncé : l’un des navires de l’expédition Franklin aurait été retrouvé.

Lire la suite.

La blogosphère :
Bruno Faidutti’s Blog
(10/08/2017)
« Nutz! – Les pirates et les écureuils Nutz! – Pirates and Squirrels »

Du bruit derrière le paravent
(14/07/2017)
« Mage : la Récursion »

ReS Futurae — Recherches sur la SF
(13/07/2017)
« Appel à communications : No age, please, we’re post-human! Posthumain et culture de jeunesse (Nancy, LIS) »

Places to Go, People to Be
(30/06/2017)
« La maîtrise de jeu stratégique »

Mondes en chantier
(29/06/2017)
« Cyberpunk Reload, épisode ça-va-peut-être-aller-maintenant-hein »

Les pensées de Cuchu
(23/04/2017)
« Ode aux celtes »

Blog à part : troisième époque
(21/04/2017)
« Voter peste ou voter choléra? »

À contre-courants - LOVD
(20/07/2014)
« Druide, d'Olivier Peru »

Le Blog des MJs
(20/04/2014)
« Les accessoires c'est essentiel - article issu de la dernière mise à jour PTGPTB »