Pacific 231
Compositeur Arthur Honegger
Date 1923 — enregistrement de 1954
Label Westminster Legacy 471 245-2
Durée < 7’
Type Musique urbaniste orchestrale
Interprètes Orchestre philharmonique royal, Hermann Scherchen (dir.)

Où l’on rend en musique le bruit d’une locomotive.

Bref résumé de l’œuvre.

Composé en 1923, Pacific 231 est le premier de trois mouvements symphoniques avec Rugby (1928), et un 3e pièce sans titre de 1933. L’œuvre devait servir d’accompagnement au très long film en N&B d’Abel Gance, La Roue. Elle tire son nom de la locomotive éponyme, 231 correspondant à la codification d’Europe continentale liée à ses essieux : (de l’avant vers l’arrière) un bogie porteur à 2 essieux, 3 essieux moteurs puis 1 dernier essieu porteur.

GIF - 32.7 ko
Une Pacific 231.

Interprétée par des bois, des cordes, quatre cors, trois trompettes, trois trombones, un tuba, et une batterie, l’œuvre imite le départ d’une locomotive, lourde d’abord, grinçante, sifflante, puis prenant de la vitesse avant de freiner violemment. Rythmique autant que mélodique, l’œuvre est répétitive, préfigurant la musique contemporaine par exemple de Steve Reich, et comme la musique postérieure, attachée à rendre des « bruits ». Elle s’inscrit dans le courant de la musique urbaniste, c’est-à-dire inspirée par la révolution technologique du début du XXe siècle, avec par exemple la Symphonie n°2 dite « du fer et de l’acier » de Sergueï Prokofiev (1924) ou Fonderie d’acier d’Alexandre Mossolov (1927). Elle rappelle en ce sens le courant futuriste.

Bio-discographie.

Quoique de nationalité Suisse, Arthur Honegger (1892-1955) passe l’essentiel de sa vie à Paris. Au Conservatoire, il est est l’élève de Charles-Marie Widor et de Vincent d’Indy. Attaché à renouveler le répertoire musical, le style de ses œuvres est diversifié (essentiellement tonal mais aussi atonal comme Antigone en 1926) et influencé tant par les Russes (Stravinski), que les Allemands (Bach, Beethoven) et les Français (Debussy). Il compose pour la radio, le théâtre, le cinéma, des chansons, comme des ballets, des symphonies ou des concertos. Membre du Groupe des Six avec Milhaud, Auric, Durey, Poulenc et Taillefer après la Première Guerre mondiale, il fréquente les plus grands intellectuels de son époque : Valéry, Satie, Picasso, Gance, Claudel, Cocteau ...

- Cinq symphonies entre 1931 et 1951.
- Le Roi David (1921), pour une pièce de René Morax.
- Jeanne d’Arc au bûcher (1938), d’après un texte de Paul Claudel.

Extrait.

< Article précédent Article suivant >
.
1923
Lancer la recherche
Le Blog-Notes.
Aucune note du blog n'est liée à cet article.
Dernière note publiée :
Erebus ou Terror enfin retrouvé ?
par Caracalla

Le gouvernement canadien l’a annoncé : l’un des navires de l’expédition Franklin aurait été retrouvé.

Lire la suite.

La blogosphère :
Bruno Faidutti’s Blog
(10/12/2017)
« Dragons »

ReS Futurae — Recherches sur la SF
(08/12/2017)
« Fantasy Art and Studies 3: Science Fantasy »

Places to Go, People to Be
(04/12/2017)
« 2e Défi PTGPTB Trois Fois Forgé - Les Jeux »

Du bruit derrière le paravent
(31/10/2017)
« Cthulhutech - Ep. 1: un nouveau costard »

Mondes en chantier
(29/06/2017)
« Cyberpunk Reload, épisode ça-va-peut-être-aller-maintenant-hein »

Les pensées de Cuchu
(23/04/2017)
« Ode aux celtes »

Blog à part : troisième époque
(21/04/2017)
« Voter peste ou voter choléra? »

À contre-courants - LOVD
(20/07/2014)
« Druide, d'Olivier Peru »

Le Blog des MJs
(20/04/2014)
« Les accessoires c'est essentiel - article issu de la dernière mise à jour PTGPTB »