Au cœur des ténèbres
Auteur Joseph Conrad
Date 1899
Editeur en feuilleton dans la revue Blackwood’s Edinburgh Magazine en 1899, Autrement pour l’éd. 2008
Nb de pages 173 p.
Type Nouvelle
ISBN 978-2862607085

Bref résumé de la nouvelle.

Le capitaine britannique Marlowe, par fascination pour les blancs des cartes de géographie, se fait confier un vapeur qui doit remonter un grand fleuve d’Afrique noire. Il part à la recherche d’un certain Kurtz, efficace directeur d’un comptoir chargé de collecter de l’ivoire. La réussite de ce dernier déchaine les passions dans le petit monde de la Compagnie belge qui l’emploie. Mais au fur et à mesure de l’avancée de l’expédition, la jungle se faisant plus menaçante, les passagers régressent vers le monde sauvage et primitif, tandis que la personnalité de Kurtz se dévoile peu à peu.

Au cœur des ténèbres est considéré comme une virulente dénonciation de la colonisation — du moins de la colonisation belge du Congo. Le récit a servi de base à la remontée du fleuve d’Apocalypse Now de F.F. Coppola (1979).

Sur le même thème, Un avant-poste du progrès, plus ironique et grinçant est paru en 1898 dans le recueil Tales of Unrest.

Bio-bibliographie.

Joseph Conrad (1857-1924), né Teodor Józef Konrad Korzeniowski h. Nałęcz (il est d’origine polonaise) est considéré comme l’un des principaux écrivains britanniques du XIXe, souvent catalogué comme auteur de « romans de mer ». En 1874 il s’engage il est vrai comme mousse sur un voilier à Marseille, puis quatre ans plus tard dans la marine marchande anglaise. En 1886 il obtient un brevet de capitaine au long cours et prend la nationalité britannique. En 1890, il travaille pour l’État du Congo, propriété personnelle de Léopold II, par ailleurs roi des Belges. En 1896, n’ayant plus de commandement, il se lance dans l’écriture pour vivre.
- Lord Jim, 1900.
- Typhon, 1903.
- Nostromo, 1904.
- Fortune, 1913.

Incipit

La Nellie, voilier de croisière, évita sur son ancre sans un frémissement de ses voiles et s’immobilisa. La marée avait tourné, le vent était presque tombé, et, comme nous devions descendre la rivière, la seule chose à faire était d’attendre la marée suivante.
La Tamise s’étendait devant nous jusqu’à la mer, semblable à une immense route marine. Au large, le ciel se confondait avec la mer, et, dans l’espace lumineux, les voiles brunies des bateaux dérivant vers l’amont avec le flux ressemblaient à des bouquets immobiles de toile rouge taillée en pointe, avec des reflets sur les agrès vernis. Une brume fine recouvrait les berges basses jusqu’à la mer, si plates qu’elles en étaient invisibles. L’atmosphère était sombre au-dessus de Gravesend et, au-delà, se condensait en une morne pénombre veillant, triste et immobile, sur la plus vaste, la plus imposante ville de la terre.
Article suivant >
.
1899
Lancer la recherche
Le Blog-Notes.
Aucune note du blog n'est liée à cet article.
Dernière note publiée :
Erebus ou Terror enfin retrouvé ?
par Caracalla

Le gouvernement canadien l’a annoncé : l’un des navires de l’expédition Franklin aurait été retrouvé.

Lire la suite.

La blogosphère :
Bruno Faidutti’s Blog
(10/08/2017)
« Nutz! – Les pirates et les écureuils Nutz! – Pirates and Squirrels »

Du bruit derrière le paravent
(14/07/2017)
« Mage : la Récursion »

ReS Futurae — Recherches sur la SF
(13/07/2017)
« Appel à communications : No age, please, we’re post-human! Posthumain et culture de jeunesse (Nancy, LIS) »

Places to Go, People to Be
(30/06/2017)
« La maîtrise de jeu stratégique »

Mondes en chantier
(29/06/2017)
« Cyberpunk Reload, épisode ça-va-peut-être-aller-maintenant-hein »

Les pensées de Cuchu
(23/04/2017)
« Ode aux celtes »

Blog à part : troisième époque
(21/04/2017)
« Voter peste ou voter choléra? »

À contre-courants - LOVD
(20/07/2014)
« Druide, d'Olivier Peru »

Le Blog des MJs
(20/04/2014)
« Les accessoires c'est essentiel - article issu de la dernière mise à jour PTGPTB »