Equilibre des paradoxes (L’)
Auteur Michel Pagel
Date 2004 (1re éd. 1999)
Editeur Denoël, coll. Lune d’encre
Nb de pages 434 p.
Type Voyage temporel
ISBN 978-2207254615

Bref résumé du roman.

1904. Le cours de l’histoire est bouleversé par l’arrivée en Bretagne de voyageurs involontaires venus d’autres temps. Or tous ne viennent pas de la même trame temporelle : dans l’une d’elle en particulier, la Première Guerre mondiale a débuté dès 1905 et a vu la rapide victoire de l’Allemagne. Le commandant Armand Schiermer et sa femme Amélie, le journaliste Raoul Corvin unissent alors leurs efforts à différents de ces voyageurs pour (r)établir l’histoire telle que nous la connaissons.

L’équilibre des paradoxes a obtenu les prix Rosny aîné et Julia Verlanger en 2000.
L’édition de 2004 est précédé d’une nouvelle intitulée L’étranger permettant de présenter les personnage.

Bio-bibliographie.

On trouve peu de choses sur Michel Pagel lui même, hors de son œuvre littéraire. Né en 1961, il travaille au CEA jusqu’au milieu des années 80, puis démissionne et se lance complétement dans l’écriture et la traduction (prix 2000 de l’Imaginaire pour ses traductions de Joe Haldeman (La paix éternelle) et Graham Joyce (L’intercepteur de cauchemars)). Parmi ses œuvres, on compte le Cycle de « La comédie inhumaine », celui de « L’oiseau de foudre » (sous le pseudonyme de Félix Chapel) et un ensemble de romans (Demain matin, au chant du tueur, 1984 ; Le Cimetière des astronefs, 1991 ; Le Roi d’août, 2002 (Grand Prix de l’Imaginaire, 2003) …)

Incipit.

Article paru dans L’Aurore du 5 décembre 1902 .
Qui est « l’Étranger » ?

Oui, qui est-il, ce mystérieux individu qui, depuis quelques semaines, cambriole les riches bourgeois de la capitale et ridiculise notre police ? Nul n’a oublié son spectaculaire premier forfait, lorsqu’il déroba en octobre dernier les bijoux de la baronne de Saint-Arnoul — et jusqu’à ceux qu’elle portait sur sa personne — durant le bal qu’elle donnait en son hôtel particulier de l’avenue Foch. On se souvient des trois cartes de visite qu’elle retrouva comme autant de railleries à son endroit : la première dans son coffre-fort, la seconde dans son sac à main, et la troisième, comble de l’audace et de l’inconvenance, au sein même de son décolleté. Trois cartes qui ne portaient que ce simple nom : « l’Étranger ». Depuis, pas une semaine ne s’est écoulée sans que l’étrange personnage fasse à nouveau parler de lui : pierreries, titres, or, bank-notes, tout lui est bon. L’homme agit de nuit, souvent au cours de réceptions mondaines, et ne commet jamais d’effraction : les coffres-forts réputés les plus inviolables semblent en effet lui livrer sans effort le secret de leur combinaison — au point que les compagnies d’assurances ont soupçonné leurs clients d’indélicatesse, soupçons s’étant révélés sans fondement. Qui est « l’Étranger » ? Pourquoi ce titre incongru ? Une certaine presse affirme qu’il s’agit d’un agent de l’Allemagne dépêché à Paris pour miner notre économie en ruinant nos gros investisseurs. La correction nous empêche d’écrire ce que nous pensons de cette thèse. Pour notre part, nous estimons infiniment plus probable d’avoir affaire à un anarchiste, un « étranger à la société », décidé à frapper dans ce qui leur est le plus cher ces bourgeois qu’il déteste. S’il ne conservait par-devers lui le produit de ses larcins mais le redistribuait aux pauvres, on ne pourrait s’empêcher de lui vouer quelque admiration. Toutefois, foin de spéculations : avec l’efficacité qu’on lui connaît, notre police, n’en doutons pas, fera prochainement toute la lumière sur cette affaire. Elle s’exposerait sinon à être une fois de plus la risée du pays.

Raoul Lachance

< Article précédent Article suivant >
.
1904
Lancer la recherche
Le Blog-Notes.
Equilibre ou paradoxes ?
par Caracalla

Michel Pagel est incontestablement un auteur qui connaît son métier. L’équilibre des paradoxes est un roman qui tient le lecteur en haleine de la première à la dernière ligne. Comme Dreamericana, Pagel utilise un assemblage de « fragments » des journaux des différents protagonistes, ce qui n’empêche pas une trame continue forte. Le suspens est impeccablement calculé à la fin de chaque fragment pour vous inciter à lire le suivant, les protagonistes suffisamment variés (un journaliste socialiste, un militaire revanchard, une femme presque-suffragette, et une jeune dévergondée des années 60) pour que les styles d’écriture soient naturellement différents. Bref, incontestablement L’équilibre des paradoxes est un bon roman.

Il se révèle plus décevant à mon avis sur deux points principaux.
Il est d’abord présenté comme un roman steampunk, voire même parfois comme « le premier véritable roman steampunk écrit par un Français ». La remarque est la même que pour Les Voies d’Anubis de Tim Powers. Où est la vapeur ? C’est un voyage temporel, à la Belle Époque, ni plus ni moins : ce n’est pas une uchronie puisque les héros veillent justement à ce que l’Histoire ne s’écarte pas de la trame que nous connaissons. Pas de technologie alternative donc. Où sont les punks ? où est la déviance ? On pourra revenir à ce que j’entends par steampunk pour comprendre que ce n’est pas, à mon sens, un roman steampunk.

Le voyage temporel est assez décevant également, se contentant de juxtaposer les univers parallèles, sans vraiment entrer dans les possibilités offertes par les paradoxes qu’il crée. Ici, ce qui est, est. Et ce-qui-est-mais-ne-peut-plus-être est quand même, sans sembler inquiéter ceux-qui-ne-devraient-plus-exister ... En ce sens Le voyageur imprudent de Barjavel, 60 ans plus tôt, sans même apporter de réponses mais du moins en posant la question, allait déjà plus loin.

— 
Ce qu’en disent les autres :
- Le blog Steampunk, Science Fiction et Fantasy de LOVD.

La blogosphère :
Bruno Faidutti’s Blog
(10/08/2017)
« Nutz! – Les pirates et les écureuils Nutz! – Pirates and Squirrels »

Du bruit derrière le paravent
(14/07/2017)
« Mage : la Récursion »

ReS Futurae — Recherches sur la SF
(13/07/2017)
« Appel à communications : No age, please, we’re post-human! Posthumain et culture de jeunesse (Nancy, LIS) »

Places to Go, People to Be
(30/06/2017)
« La maîtrise de jeu stratégique »

Mondes en chantier
(29/06/2017)
« Cyberpunk Reload, épisode ça-va-peut-être-aller-maintenant-hein »

Les pensées de Cuchu
(23/04/2017)
« Ode aux celtes »

Blog à part : troisième époque
(21/04/2017)
« Voter peste ou voter choléra? »

À contre-courants - LOVD
(20/07/2014)
« Druide, d'Olivier Peru »

Le Blog des MJs
(20/04/2014)
« Les accessoires c'est essentiel - article issu de la dernière mise à jour PTGPTB »