Histoires extraordinaires et inconnues dans les mers australes
Auteur Gracie Delépine
Date 2002
Editeur Ouest-France
Nb de pages 231 p.
Type Documentaire
ISBN 978-2737329616

Bref résumé de l’ouvrage.

La petite dizaine d’Histoires extraordinaires et inconnues dans les mers australes rassemblée par Gracie Delépine témoigne de l’intérêt que les Européens et les Américains ont porté à ces bouts de terres depuis le début du XVIe siècle. Ils y ont tour à tour placé l’espoir d’y découvrir le paradis perdu, des richesses minières insoupçonnées, de nouveaux espaces à coloniser, puis lorsqu’ils ont pris conscience que ce n’étaient « que » des îles, l’espoir d’utiliser ces terres comme points de relâches dans l’hémisphère Sud, ou d’y prélever facilement huiles et fourrures animales. Le plus troublant est de constater que si elles ont fait rêver au delà de toute raison bien des particuliers, pécheurs ou aventuriers ambitieux, ceux-ci n’ont jamais réussi à convaincre leurs gouvernements d’en prendre possession : « Il est un cas remarquable, que […] ces terres n’aient appartenu à personne, qu’elles aient été terra nullius. […] Pour les îles australe dont nous parlons, cette situation de terra nullius n’a, évidemment, jamais été ratifiée : cela s’est simplement trouvé ainsi. » (p.207-208) Il faut attendre la première moitié du XXe siècle pour que les gouvernements européens en prennent officiellement possession.

Bio-bibliographie.

Gracie Delépine est Conservateur à la bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine, Université de Paris, lorsqu’en 1966 la Commission chargé de la toponymie pour les Terres Australes lui confie le soin d’effectuer les recherches bibliographiques indispensables à son travail. Elle est depuis conservateur en chef honoraire à la Bibliothèque nationale de France, a effectué deux voyages dans les îles.

Incipit.

« L’histoire des îles Kerguelen est aussi vieille que celle de notre civilisation. Elle est celle d’un rêve, d’une foi, d’une utopie. C’est celle de la recherche du paradis perdu du paradis terrestre, dont jamais le Créateur n’a dit qu’il l’aurait fait disparaître après en avoir chassé le premier homme.
Au fur et à mesure que la surface du monde était explorée, les endroits encore inconnus où l’éden aurait pu se trouver, s’éloignaient. Il restait encore à découvrir l’immense océan austral : le paradis ne pouvait plus être que là. »
< Article précédent Article suivant >
.
1855
Lancer la recherche
Le Blog-Notes.
Aucune note du blog n'est liée à cet article.
Dernière note publiée :
Erebus ou Terror enfin retrouvé ?
par Caracalla

Le gouvernement canadien l’a annoncé : l’un des navires de l’expédition Franklin aurait été retrouvé.

Lire la suite.

La blogosphère :
Bruno Faidutti’s Blog
(21/06/2017)
« Une Vie de Roi A King’s Life »

Du bruit derrière le paravent
(21/06/2017)
« Faire genre part 1 : s'outiller pour l'essentiel »

Mondes en chantier
(13/06/2017)
« Cyberpunk encore reloaded ? »

ReS Futurae — Recherches sur la SF
(01/06/2017)
« Altérité et étrangeté dans le récit bref de science-fiction – Journée d’études 8 juin 2017 »

Places to Go, People to Be
(31/05/2017)
« Ebook 19 : L'avis des pros »

Les pensées de Cuchu
(23/04/2017)
« Ode aux celtes »

Blog à part : troisième époque
(21/04/2017)
« Voter peste ou voter choléra? »

À contre-courants - LOVD
(20/07/2014)
« Druide, d'Olivier Peru »

Le Blog des MJs
(20/04/2014)
« Les accessoires c'est essentiel - article issu de la dernière mise à jour PTGPTB »