Terreur
Titre Terreur (« The Terror »)
Auteur Dan Simmons
Date 2008 (éd. originale : 2007)
Editeur Robert Laffont
Nb de pages 720 p.
Type Roman fantastique / horreur
ISBN 978-2221107430

Bref résumé du roman.

1845. Sir John Franklin lance une nouvelle expédition pour découvrir le « Passage du Nord Ouest », route maritime qui permettra aux navires d’éviter l’immense détour du Cap Horn pour relier l’Europe à l’Asie. Deux navires sont armés, le HMS Erebus, du capitaine Fitzjames, et le HMS Terror sous le commandement du capitaine Crozier. Les deux navires sont spécialement équipés des dernières innovations technologiques pour la navigation dans les mers australes ou septentrionales, par exemple de moteurs à vapeurs, de coques bardées de fer pour résister à la pression du pack, ou des hélices en fer rétractables pour les protéger de la glace. Ils sont pourtant mal préparés face aux difficultés qui les attendent : les conserves par exemple, achetées à bas prix sont mal soudées et se révèlent empoisonnées ; les marins ayant déjà fréquentées les hautes latitudes sont rares. Pris dans les glaces en septembre 1846 au large de l’île du Roi-Guillaume, les deux équipages doivent affronter le froid, la faim, le scorbut ... et une terrifiante créature des glaces depuis qu’une inuit, « Lady Silence » a été accueillie sur le Terror. La mutinerie gronde de plus en plus tandis que le jour se fait plus rare.

Bio-bibliographie.

Dan SimmonsNé dans l’Illinois en 1948, il fait des études à Saint Louis et devient enseignant, jusqu’en 1987 lorsqu’il peut vivre de sa plume. Il vit à Longmont, près de Denver, dans le Colorado et a depuis été récompensé par tous les prix possibles de SF : World Fantasy du meilleur roman pour Le Chant de Kali en 1986, prix Locus du meilleur roman d’horreur, prix Bram Stoker et prix British Fantasy pour L’Échiquier du mal en 1990, prix Hugo et prix Locus du meilleur roman de science-fiction pour Hypérion la même année, puis à nouveau en 1998 (L’Éveil d’Endymion) et 2004 (Ilium). Terreur a obtenu le prix Bob Morane en 2009.

Voir son site officiel.

Incipit.

70°05’ de latitude nord, 98°23’ de longitude ouest
Octobre 1847

En montant sur le pont, le capitaine Crozier découvre que son navire est assiégé par des spectres célestes. Au dessus de lui — au-dessus du Terror —, des plis de lumière chatoyante plongent puis se dérobent en hâte, tels les bras multicolores de fantômes agressifs mais au bout du compte hésitants. Des doigts osseux d’ectoplasme se tendent vers le bateau, s’écartent, font mine de se refermer puis se retirent.
La température a atteint — 45°C et descend à toute allure. Du fait de la brume qui s’est levée plus tôt, durant la petite heure de pauvre crépuscule à quoi se réduit la journée, les trois mâts raccourcis — on a démonté et rangé les mâts de hune, les perroquets, ainsi que les espars et les gréements supérieurs, afin de prévenir tout risque de chavirage et de chute de glace — se dressent tels des arbres étêtés et ébranchés sans ménagements, reflétant l’aurore boréale qui danse d’un horizon entraperçu à l’autre. Sous les yeux de Crozier, les champs de glace fracturés qui entourent le bateau virent au bleu, puis au violacé, pour devenir aussi verts que les collines de l’Irlande du Nord de son enfance. À près d’un mille côté tribord, l’immense montagne de glace flottante qui dissimule l’Erébus, le sister-ship du Terror, semble, l’espace d’un instant trompeur, rayonner d’une couleur intérieure, d’un feu glacial brûlant dans ses entrailles.

< Article précédent
.
1845
Lancer la recherche
Le Blog-Notes.
Terreur
par Caracalla

Je n’aime pas les histoires qui se terminent mal, surtout quand je sais dès le départ qu’elles se termineront mal. Je n’aime pas l’horreur, ni dans les films, ni dans les jdr  , ni dans les romans. Mais là, j’ai aimé.

Terreur est un gros roman, susceptible de refroidir les meilleures volontés. Il ne s’y passe quasiment rien, on en connait dès le début — presque — la fin : l’expédition Franklin fait partie des histoires mythiques pour l’amateur de récits dans l’arctique et l’antarctique. Sans rien dévoiler de spécial : mort de tous après cannibalisme probable de certains. Or Dan Simmons s’est attaché aux bribes de l’histoire que chacun connait. Rien n’est inventé, ou presque, parmi les personnages*. Tout est reconstruit, à partir du peu que l’on sait. La bibliographie finale en témoigne. Et pourtant le roman réussit à créer une atmosphère très particulière, envoutante, grâce en particulier aux descriptions du pack, des nuits, des aurores boréales, des paysages polaires.

Aux données historiques et géographiques se rajoute le fantastique — un monstre peu décrit — et l’horreur : un huis-clos dans un environnement hostile, la menace toujours, la tension qui monte au sein même des équipages. Les flash-back donnent de la profondeur aux personnages, et certaines scènes sont d’anthologie : le service religieux du 5 décembre 1847 durant lequel Crozier lit en guise de sermon, un passage du Léviathan, le Grand Carnaval du Nouvel an 1847-1848 sur une mise en scène d’Edgar Alan Poe, l’agonie d’Edmund Hoar du scorbut ... À quoi l’on peut ajouter l’évocation de Darwin, Babbage, des sœurs spirites Fox etc. Bref, juste de quoi séduire la fibre métatextuelle de l’amateur de steampunk.

Au total, un roman qui mérite ses 700 pages, finalement trop vites lues.

*Certains blogs — indépendants du roman — vont même jusqu’à soupçonner Cornelius Hickey, dont on a retrouvé un couteau chirurgical ré-emmanché d’os et reconverti en couteau de table, d’être l’un des derniers survivants, avec les méthodes de survies que l’on imagine forcément ...

La blogosphère :
Bruno Faidutti’s Blog
(10/12/2017)
« Dragons »

ReS Futurae — Recherches sur la SF
(08/12/2017)
« Fantasy Art and Studies 3: Science Fantasy »

Places to Go, People to Be
(04/12/2017)
« 2e Défi PTGPTB Trois Fois Forgé - Les Jeux »

Du bruit derrière le paravent
(31/10/2017)
« Cthulhutech - Ep. 1: un nouveau costard »

Mondes en chantier
(29/06/2017)
« Cyberpunk Reload, épisode ça-va-peut-être-aller-maintenant-hein »

Les pensées de Cuchu
(23/04/2017)
« Ode aux celtes »

Blog à part : troisième époque
(21/04/2017)
« Voter peste ou voter choléra? »

À contre-courants - LOVD
(20/07/2014)
« Druide, d'Olivier Peru »

Le Blog des MJs
(20/04/2014)
« Les accessoires c'est essentiel - article issu de la dernière mise à jour PTGPTB »