1830-1840, l’époque des Troubles.

Où l’on constate la mort du monde ancien, qui ne peut s’opposer aux progrès de la science.

GIF - 11.3 ko
Arthur Wellesley de Wellington

Avant même Waterloo, Arthur Wellesley était considéré comme le sauveur de la Nation britannique : il est anobli dès 1814 et devient duc de Wellington. À la tête du parti Tory, ultraconservateur, il est nommé Premier ministre par le roi George IV en 1828.

Malgré la victoire en 1830 du parti Radical industriel (les « Radoques »), conduit par Lord Byron, Wellington refuse les réformes, et engage un bras de fer avec le peuple. Les manifestations ouvrières se multiplient à Birmingham, Liverpool et Manchester, violemment réprimées. Malgré les appels du parti radical à une campagne pacifique de persuasion morale, de violentes bandes rurales (les « groupes Swing ») et les luddites prolétariens attaquent les demeures aristocratiques et les usines des capitalistes. Des conspirateurs ultra-radicaux poussés par l’athée P.B. Shelley attaquent et pillent les églises.

Après trois jours d’émeutes en décembre 1830 à Bristol et à Londres, Wellington ordonne à l’armée qui lui demeure fidèle, de réprimer le « jacobinisme ». La loi martiale est proclamée dans tout le pays. Le parti radical devient clandestin et organise une sanglante résistance. Le gouvernement s’y oppose par des pendaisons et des déportations massives. Durant l’été 1831, Wellington périt dans un attentat à la bombe et les Radoques réussissent à prendre le pouvoir. C’est au tour des Tories de passer dans la clandestinité. Beaucoup d’entre eux, souvent nobles de souche, s’exilent en Amérique, essentiellement à Charleston en Caroline de Sud.

Après quelques courtes années de calme relatif, le parti Radical industriel toujours au pouvoir doit faire face en 1840 à une deuxième vague de troubles luddites, les « Chartistes ». Elle est aussi férocement réprimée qu’elle l’aurait pu être par Wellington : son meneur, Walter Gerard, est pendu, les membres des bandes de jeunes gens qui le soutiennent, par exemple les Chats de l’Enfer à Manchester, sont impitoyablement traqués et exécutés. La méritocratie bourgeoise, mécanique et scientifique s’installe. Une nouvelle génération de lords naît. Ils viennent du monde scientifique et industriel. Ainsi Faraday, Colgate, Brunel ou Hansell sont anoblis. Mais les plus importants sont lord Byron, Premier ministre, lord Darwin, père de l’Evolution, et lord Babbage, l’inventeur de la Machine à Différences.

Les troubles de 1830 sont à la base de l’uchronie de La Machine à Différences de W. Gibson et B. Sterling.

< Article précédent Article suivant >
.
1830 -
1840
Lancer la recherche
Le Blog-Notes.
Aucune note du blog n'est liée à cet article.
Dernière note publiée :
Erebus ou Terror enfin retrouvé ?
par Caracalla

Le gouvernement canadien l’a annoncé : l’un des navires de l’expédition Franklin aurait été retrouvé.

Lire la suite.

La blogosphère :
Bruno Faidutti’s Blog
(10/08/2017)
« Nutz! – Les pirates et les écureuils Nutz! – Pirates and Squirrels »

Du bruit derrière le paravent
(14/07/2017)
« Mage : la Récursion »

ReS Futurae — Recherches sur la SF
(13/07/2017)
« Appel à communications : No age, please, we’re post-human! Posthumain et culture de jeunesse (Nancy, LIS) »

Places to Go, People to Be
(30/06/2017)
« La maîtrise de jeu stratégique »

Mondes en chantier
(29/06/2017)
« Cyberpunk Reload, épisode ça-va-peut-être-aller-maintenant-hein »

Les pensées de Cuchu
(23/04/2017)
« Ode aux celtes »

Blog à part : troisième époque
(21/04/2017)
« Voter peste ou voter choléra? »

À contre-courants - LOVD
(20/07/2014)
« Druide, d'Olivier Peru »

Le Blog des MJs
(20/04/2014)
« Les accessoires c'est essentiel - article issu de la dernière mise à jour PTGPTB »